La Peur en fait des tonnes

Comme me l’a justement fait remarqué une amie l’autre jour, je suis de nature inquiète. Si il y avait un championnat du monde de l’inquiétude, je serais bien placée. Je suis très créative à tous points de vue, y compris pour imaginer des tas de choses qui se passent mal.

Pourtant, depuis plusieurs années, je me suis sacrément améliorée, et surtout, ces peurs ne m’empêchent pas de passer à l’action. J’y vais la poitrine serrée, mais j’y vais.

Une technique qui m’a beaucoup aidée, est de parler à la Peur en l’accueillant : en lui disant « ok, tu es là, je te vois, je ne vais pas jouer à faire comme si tu n’étais pas là, et après tout, tu fais ton boulot, tu es venue me porter un message. Mais s’il te plait, pourrais tu crier moins fort, prendre un peu moins de place, te dégonfler un peu, et t’asseoir là dans un coin à l’arrière de la voiture pour que JE puisse tenir le volant et piloter ? J’ai bien entendu ce que tu avais à me dire et j’en tiendrai compte, tu as raison et je te remercie ».

Ce qu’il faut savoir c’est que la Peur a la trouille. Elle a la trouille qu’il nous arrive quelque chose parce qu’on ne l’a pas écoutée. Elle fait son job et elle tient à nous. C’est notre alliée. C’est juste que souvent, elle en fait des caisses, elle en fait beaucoup trop, elle noircit le tableau, pour être sûre d’être entendue.

Il parait que 95 ou 97 % de nos peurs sont fantasmées, c’est-à-dire qu’on a peur pour rien. Il faudra qu’on m’explique comment on calcule des pourcentages pareils, et qui le fait. Sûrement des étudiants en psychologie dans une université américaine qui ont fait des calculs statistiques sur la base de questionnaires remplis par d’autres étudiants.

Bref, ce qu’il faut retenir, c’est que la Peur exagère vraiment beaucoup. Elle doit être un peu marseillaise sur les bords.

La prochaine fois que la Peur vient vous apporter un message, essayez de l’imaginer vous parlant avec un accent marseillais depuis l’arrière de la voiture. Et dites vous qu’il y a de grandes chances que ce qu’elle vous raconte soit du bullshit ou des fake news. Vous devriez vous sentir rapidement mieux.

Ensuite, appelez la Pensée claire et rationnelle à la rescousse : vous la reconnaîtrez : elle a un costume-cravate et elle ne rigole pas beaucoup. Elle a des dossiers bien classés. Elle collecte les données factuelles et les analyse pour en tirer une conclusion. Elle est pas fun mais franchement, souvent elle est très utile et on gagne beaucoup à la faire entrer en scène.

Une fois qu’elle a fini, laissez la discuter quand même avec la Peur, pour que celle-ci apporte son éclairage, en tant que consultante, en quelque sorte.

Ce contenu a été publié dans Dissolution du stress. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.