Se préparer au travail comme un bon artisan (2’40 de lecture)

Dans un article précédent, j’ai présenté l’utilisation du mind-mapping pour planifier un programme de travail sur une période de temps : la journée, la semaine, … Technique efficace pour la vie professionnelle et privée !

En vérité, je pense que la moitié du travail est fait lors de cette planification préalable, pour laquelle le cortex pré-frontal est mobilisé. La plus grosse valeur ajoutée est là. Le plus gros effort aussi, même si il est comme « immatériel ».

Prenons un artisan qui passe à son atelier avant de partir sur des chantiers pour la journée. Croyez-vous qu’il se dise : « oh ! J’ai plein de trucs à faire, j’attrape ma boîte à outils et je fonce, je verrai bien plus tard ? »

Non, sauf s’il ne fait que du dépannage en urgence et ne sait pas ce qui va l’attendre sur place.

Une journée clairement organisée….

En fait, il consacre du temps avant de partir, à regarder le programme de travail de la journée, à préparer et ordonnancer ses interventions. Quels sont les trajets, les types d’intervention, les difficultés éventuelles qu’il va rencontrer pour accéder au site, a-t-il besoin d’informations complémentaires avant de partir, comment va-t-il s’y prendre, de quels outils aura-t-il besoin, pourra-t-il opérer seul ou aura-t-il besoin d’aide, comment va-t-il agencer les différentes interventions pour optimiser son temps etc…

Pendant qu’il fait ça, il visualise plus ou moins consciemment ce qu’il va faire sur site, il passe en revue mentalement le déroulement des opérations et ça, c’est une préparation à l’action très efficace : elle va lui permettre d’économiser beaucoup d’énergie mentale ensuite. Il n’aura plus qu’à compléter sa stratégie d’intervention, à s’adapter aux imprévus, à reconfigurer si besoin.

Les ajustements prendront place dans une réflexion d’ensemble préalable, une base stable qui facilitera et structurera toutes les opérations de la journée.

Sans cela, tout le travail de réflexion devrait être recommencé à chaque intervention, du temps serait perdu dans les trajets et les oublis divers… Le cerveau turbinerait à fond en arrière-plan, utilisant beaucoup d’énergie, détournant l’attention de l’action, et en dégradant la qualité. Stress et fatigue au rendez-vous. Et productivité médiocre…

Alors, même si vous n’êtes pas artisan, même si vous n’intervenez pas sur des chantiers avec des outils, la logique est la même. Plutôt que de se lancer tête baissée dans l’action immédiate d’une journée de travail, quand bien même elle se passerait derrière un bureau et devant un ordinateur, organisons et préparons notre action. Prenons ce quart d’heure, ou plus si nécessaire, pour poser les choses, laisser notre cortex pré-frontal travailler intensément pour planifier, agencer, organiser, prévoir et imaginer les meilleurs angles d’attaque.

Ensuite nous pourrons passer à l’action de manière fluide et efficace, tout en gardant une souplesse d’adaptation à l’imprévu et de reconfiguration en cours de journée.

Et vous, comment déroulez-vous vos journées de travail ?

Ce contenu a été publié dans Amélioration continue. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.